L’élevage de volailles reproductrices est un métier particulièrement exigeant en terme de technicité et de temps de travail. Situé en amont de la filière c’est un élément essentiel et vital à la production. Fournir des poussins, canetons ou dindonneaux de bonne qualité impose une conduite rigoureuse des élevages.

La région des Pays de la Loire compte sur son territoire des entreprises de grande renommée tel que Grelier Hendrix Genetics (spécialisé dans l’accouvage de dindes pintades et poules), Grimaud Frères Sélection (spécialisé dans l’accouvage de canards et de petites volailles) ou encore Orvia.

La région compte 15 établissements de sélection qui représentent 1670 emplois, et 14 couvoirs qui représentent 396 ETP (source:étude emplois CRA).

  • Test Caption

  • Test Caption

  • Test Caption

  • Test Caption

  • Test Caption

Le métier de multiplicateur consiste à élever des volailles pour leurs oeufs fécondés. Ces derniers sont ensuite incubés pendant une période donnée puis au moment de l’éclosion, les animaux sont triés (mâle et femelle) puis transportés dans les élevages pour l’engraissement ou la préparation à la ponte pour les poules.

Il existe deux formes d’élevages en volailles reproductrices. Dans l’une, l’éleveur est propriétaire de ses bâtiments et équipements. Le cheptel de volailles est « mis à disposition » par l’entreprise d’accouvage. Dans l’autre, c’est l’entreprise d’accouvage qui est propriétaire des élevages et qui emploient des salariés pour assurer le suivi d’élevage.

Comme pour la pondeuse, la vie de la reproductrice est divisée en deux périodes :
– la phase d’élevage
– la phase de reproduction jusqu’à la réforme

La conduite d’un lot de volailles reproductrices peut se décomposer de la façon suivante :